Archives de catégorie : Mathématiques

Marie-José Durand-Richard : « Les diagrammes de fonctionnement de The Analytical Engine, de Charles Babbage 1791-1877) à Ada Lovelace (1815-1852) » (11/04/2019)

Marie-José Durand-Richard (Paris 8, SPHERE, CNRS)

« Les diagrammes de fonctionnement de The Analytical Engine, de Charles Babbage 1791-1877) à Ada Lovelace (1815-1852) »

Résumé

Charles Babbage (1791-1877) a élaboré les plans de The Analytical Engine afin de matérialiser la conception symbolique de l’algèbre élaborée au sein d’un réseau d’algébristes nommé The Analytics. Cette conception était fondée sur les propriétés strictement opératoires des développements en série. Suite à la présentation de ses plans en Italie en 1841, l’ingénieur militaire Luigi Menabrea (1809-1896) a publié en français quelques exemples de  diagrammes de fonctionnement de cette machine, diagrammes que je qualifie de statiques. Dans les précieuses notes qu’elle ajoute dans sa traduction de cet article en anglais, Ada Lovelace (1815-1852) les complète par de nouveaux diagrammes, que je qualifie de dynamiques. On étudiera ces diagrammes afin d’examiner quelles sont les caractéristiques qui peuvent permettre, ou non, de les qualifier de programmes.

Informations

Jeudi 11 avril 2019

Salle 24-25/405 du LIP6 (rotonde 25, 4e étage)
4 place Jussieu, 75005 Paris
métro Jussieu (lignes 7 et 10)

Assia Mahboubi, « Démonstrations assistées par ordinateur »

Assia MAHBOUBI (Inria, LS2N, Université de Nantes)

« Démonstrations assistées par ordinateur »

Informations pratiques

Jeudi 7 février 2019

Salle 24-25/405 du LIP6 (rotonde 25, 4e étage)

4 place Jussieu, 75005 Paris
métro Jussieu (lignes 7 et 10)

Affiche (PDF)

Résumé

Les ordinateurs ont profondément transformé la pratique des mathématiques contemporaines, mettant en particulier leur puissance de calcul au service de l’observation, de la conjecture et même de la validation “par calcul”. La généralisation rapide de l’accès à une puissance de calcul surhumaine a même suscité de nouvelles formes de mathématiques, à l’interface avec l’informatique, comme le calcul formel ou l’analyse numérique. Moins connus que certains systèmes de calcul symbolique, numérique ou statistique, les “assistants de preuve” font néanmoins partie des logiciels qui permettent de faire des mathématiques sur ordinateur. Ils sont conçus pour aider leurs utilisateurs à représenter définitions, énoncés et démonstrations dans un formalisme logique précis et non ambigu, sous la forme de bibliothèques digitales de mathématiques formalisées. Il existe plusieurs sous-familles d’assistants de preuves, qui diffèrent en particulier sur le choix de fondations logiques, qui détermine le langage formel utilisé. En particulier, une majorité d’entre eux sont basés sur une forme de théorie des types, une approche des fondations logiques qui donne une place privilégiée aux fonctions, et au concept de calcul. Mais dans tous les case, une telle (ré)écriture des théories mathématiques serait bien trop piétonne pour être envisageable, sinon intéressante, sans l’aide de la machine. Cette dernière permet en retour de réduire la vérification des preuves à une tâche routinière et mécanisée. Mais ce n’est pas le seul bénéfice d’une telle formalisation et nous discuterons dans cet exposé la pratique et les enjeux de cette forme de mathématiques assistées par ordinateur.

Cet exposé ne présuppose pas de connaissance particulière en logique ou en programmation.

Karine Chemla : Calculer avec des positions, calculer avec des tables en Chine ancienne (13/04/2016)

Orateur

Karine Chemla (ERC Advanced Research Grant SAW & SPHERE, CNRS-Université Paris Diderot)

Titre

Calculer avec des positions, calculer avec des tables en Chine ancienne

Résumé

Au nombre des traditions mathématiques que l’on peut identifier en Chine ancienne, l’une paraît faire un usage singulier de positions sur la surface matérielle sur laquelle les algorithmes étaient exécutés. C’est de fait en son sein que furent élaborées les nombreuses notations positionnelles que l’on peut repérer en Chine ancienne et qui distingue cette tradition d’autres traditions, en Chine ou ailleurs. L’exposé vise à repérer les contours de cette tradition ainsi qu’à esquisser le corpus de résultats et de pratiques qui s’y rattachent. Il vise également à mettre en évidence la persistance de cette tradition sur des siècles, tout en montrant comment de nouveaux résultats émergent dans ce cadre. L’exposé proposera enfin des hypothèses sur les raisons de cette longévité.

Informations

Mercredi 13 avril 2016, 14h-15h30.

LIP6, salle 24-24/405.

Documents

Christine Proust et Baptiste Mélès : La calculatrice mésopotamienne MesoCalc (20/01/2016)

Orateurs

Christine Proust (CNRS, SPHERE, Université Paris-Diderot) et Baptiste Mélès (CNRS, Archives Henri-Poincaré, Université de Lorraine)

Titre

MesoCalc, la calculatrice mésopotamienne en JavaScript

Résumé

La calculatrice MesoCalc, créée en 2013, permet de pratiquer en toute simplicité l’arithmétique paléo-balylonienne : elle intègre la notation sexagésimale positionnelle, le calcul flottant et les principales opérations arithmétiques historiquement attestées. La calculatrice est destinée aussi bien aux assyriologues,aux historiens des mathématiques, qu’aux simples curieux. Disponible en ligne sur la page http://baptiste.meles.free.fr/site/mesocalc.html, ce logiciel est libre et gratuit.

D’abord, nous exposerons les bases des mathématiques mésopotamiennes grâce à des exercices scolaires qui servaient précisément à les enseigner à de jeunes scribes dans l’antiquité. Ensuite, nous ouvrirons le capot de MesoCalc. En décrivant comment ces notions ont été traduites dans le langage de programmation JavaScript, nous montrerons que les calculs sont effectués dans MesoCalc de manière aussi proche que possible du calcul sexagésimal, un peu par coquetterie — on plaidera officiellement le souci de probité historique — mais aussi pour de très prosaïques raisons techniques. L’arithmétique de JavaScript n’est exacte que jusqu’à 2 puissance 53, limite que les scribes mésopotamiens transgressaient allègrement ; il a donc fallu ruser avec le langage et réécrire toute son arithmétique élémentaire pour lui permettre d’atteindre ce qui nativement transcende ses facultés.

Accessible à tous, l’exposé ne présuppose aucune connaissance préalable des mathématiques mésopotamiennes ou de la programmation informatique.

Informations

Mercredi 20 janvier 2016, 14h-15h30.

LIP6, salle 24-24/405.

David Madore : Géométrie hyperbolique en JavaScript (30/04/2015)

Orateur

David MADORE (Télécom ParisTech)

Titre

Un jeu de labyrinthe dans le plan hyperbolique écrit en JavaScript

Résumé

La géométrie hyperbolique (géométrie non-euclidienne à courbure constante négative) peut présenter un attrait particulier pour le développement de jeux informatiques en ce qu’elle rend naturelle la création de mondes intrinsèquement labyrinthiques. Cette possibilité a cependant été peu explorée.

Nous expliquerons brièvement en quoi consiste la géométrie hyperbolique, ce qu’elle a de spécifique, et ce qui peut la rendre intéressante pour des jeux informatiques. Puis, à travers l’exemple d’un jeu de labyrinthe hyperbolique assez simple écrit en JavaScript, nous explorerons quelques uns des problèmes qui se posent pour implémenter en pratique cette géométrie hyperbolique (notamment, comment mettre des coordonnées et comment les rendre « périodiques »). Les spécificités du langage JavaScript pourront également être discutées.

Documents

Informations

Jeudi 30 avril, 14h-16h.

LIP6, salle 25-26/105.