Archives de catégorie : Enregistrement

Sandrine Boissel : « Mall&t’ Algo en Main/AccessiDVScratch – Manipulate Learn Look&Touch : l’algo pour tous grâce à la manipulation » (12/04/2018)

Orateur

Sandrine Boissel (Académie de Grenoble)

Titre

« Mall&t’ Algo en Main/AccessiDVScratch – Manipulate Learn Look&Touch : l’algo pour tous grâce à la manipulation »

Vidéo

Résumé

Mall&t’ Algo en Main est un dispositif pédagogique inclusif.

L’écran d’ordinateur est remplacé par un support réel et dynamique (épingles et élastiques sur support en relief) ; toutes les instructions sont adaptées en gros caractères et en braille sur des briques de type Lego ; les couleurs et formes géométriques saillantes permettent d’identifier rapidement les instructions.

Pour créer un algorithme, il suffit de le construire en emboîtant les différentes instructions.

Cet outil permet de faciliter l’acquisition de nouveaux concepts mathématiques (variables, priorités de calculs…) et de la pensée algorithmique en s’appuyant sur la manipulation. Il offre la possibilité de travailler de façon individuelle ou collaborative, de lire un script de façon linéaire ou séquentielle rapide, de découper, conserver, comparer ou échanger des morceaux d’algorithme. Ce
dispositif a été conçu pour des personnes aveugles ou mal-voyantes et leur est donc parfaitement accessible. Cela permet un travail commun entre personnes dites valides et personnes en situations de handicap.

Documents

Informations

Jeudi 12 avril 2018, 14h-16h.

Salle 24-25/405 du LIP6 (rotonde 25, 4e étage)

4 place Jussieu, 75005 Paris
métro Jussieu (lignes 7 et 10)

François Anceau : « De l’hydrodynamique au réglage des horloges distribuées » (18/01/2018)

Orateur

François Anceau

Titre

De l’hydrodynamique au réglage des horloges distribuées

Résumé

Ce projet découle d’une suite de projets ANR (Hodiss puis Herodotos). Ceux-ci nous ont permis d’étudier la faisabilité de systèmes d’horloges distribuées synchrones avec l’objectif de remplacer la communication asynchrone dans les SOC (Systems On Circuits) par une communication synchrone plus simple et plus sûre, ainsi que de réaliser des horloges numériques de taille compatible avec leur intégration. Le projet Aquaphase prolonge ces études. Il découle de l’utilisation d’une analogie hydraulique pour résoudre ce problème. Dans ces systèmes, les horloges sont des PLL (Phase Locked Loop) interconnectés. Leurs écarts de phase définissent une fonction discrète sur la surface du circuit. Celle-ci peut être étendue à une fonction continue sous certaines conditions. La nature nous offre des exemples de telles fonctions continues qui convergent vers des surfaces planes dans un champ uniforme. Par exemple, la surface des liquides offre de telles surfaces dans des champs gravifiques uniformes. L’équation de ces surfaces est de type équation différentielle du second ordre avec Laplacien. Il est trivial d’aligner l’asservissement des PLL sur les paramètres d’un liquide. La discrétisation du Laplacien revient à faire la moyenne des écarts de phase d’un PLL avec ses quatre voisins. Dans le cadre d’Hodiss et d’Hérodotos, nous avons simulé, puis réalisé deux circuits intégrés (de 16 puis de 100 PLL) qui ont confirmé le bien-fondé de ces théories. Grâce à un projet Lip6, nous avons simulé le fonctionnement d’un réseau de 10 000 PLL qui nous a montré l’absence d’erreurs de phase permanentes dues à la distance. Moyennant quelques adaptations et contraintes, ces techniques peuvent être appliquées à des réseaux informatiques avec une précision meilleure que celle obtenue par PTP (Pretty Time Protocol).

Informations

Salle 24-25/405 du LIP6 (rotonde 24 ou 25, 4e étage)

4 place Jussieu, 75005 Paris
métro Jussieu (lignes 7 et 10)

Documents

Julien Grenet : « La transparence et l’obstacle : les algorithmes d’affectation des élèves aux établissements d’enseignement » (11/05/2017)

Orateur

Julien Grenet (CNRS, École d’Économie de Paris, Institut des Politiques Publiques)

Titre

« La transparence et l’obstacle : les algorithmes d’affectation des élèves aux établissements d’enseignement »

Vidéo

Résumé

Pour organiser l’affectation des élèves aux établissements d’enseignement (écoles élémentaires, collèges, lycées, universités), de plus en plus de pays ont recours à des procédures dites « de choix régulé ». Ces procédures centralisées s’appuient sur des algorithmes qui, à l’image du mécanisme d’acceptation différée de Gale et Shapley, visent à satisfaire au mieux les vœux d’affectation tout en tenant compte de règles de priorité pour départager les élèves lorsque la demande excède le nombre de places disponibles dans une école donnée. En France, plus d’un million de collégiens et de lycéens participent
chaque année aux procédures affectation automatisées Affelnet et Admission Post-Bac. Comment fonctionnent les algorithmes mobilisés dans le cadre de ces procédures ? Sont-ils équitables ? Constituent-ils un levier efficace pour réduire les inégalités sociale face à l’école ?

Informations

Jeudi 11 mai 2017, 14h-15h30.

LIP6, salle 25-26/105 (attention, salle inhabituelle !).

Documents

Samuel Goyet : « Les interfaces de programmation (API) web : écriture informatique, industrie du texte et économie des passages » (08/06/2017)

Orateur

Samuel Goyet (GRIPIC, Paris-Sorbonne, COSTECH, UTC Compiègne)

Titre

« Les interfaces de programmation (API) web : écriture informatique, industrie du texte et économie des passages »

Vidéo

Résumé

Dans cette intervention, je propose d’étudier les interfaces de programmation (API) Web du point de vue des sciences humaines, et plus particulièrement des sciences de l’information et de la communication. Nous partons du principe qu’une API est un « architexte » (Jeanneret, Souchier, 1999), soit un outil d’écriture informatique qui permet tout autant que contraint l’écriture. Envisagée de ce point de vue, une API est une procédure informatique qui a intégré la chaîne de production contemporaine des textes de réseau. Une API a donc un rôle éditorial : elle participe à l’établissement de ces textes selon certains attendus culturels et techniques.

Nous souhaitons interroger ce rôle éditorial, en nous situant entre technique et sémiotique : comment les API Web contemporaines, par leur composante informatique, travaillent et informent les textes de réseau ? Quelle est la conception du texte qui est propagée et industrialisée par ces outils ? Nous faisons l’hypothèse d’un lien entre le mode de fonctionnement d’une API et des formes qu’elle permet de produire : parce qu’une API est une procédure informatique, elle obéit à certains principes de cette science, et ces principes travaillent les formes à venir. En même temps, parce qu’elle sert à la production de pages web, elle s’insère dans une histoire pluriséculaire de la page et du texte, dans une certaine culture visuelle dont elle ne peut se départir mais qu’elle reconfigure.

Nous étudierons la documentation des API de Facebook et de Twitter, les formes que ces API permettent de produire, tant dans leur composante sémiotique (widgets, timelines, etc.) que technique (le code source qui en permet l’affichage). Nous mettrons en évidence deux couples de notions à l’œuvre : le couple modularité/abstraction du texte ; le couple discrétisation / manipulabilité de ces modules. Nous montrerons que ces dynamiques sont inhérentes à l’histoire de l’informatique et de la programmation, et s’inscrivent dans une histoire longue du texte. Enfin, nous ferons l’hypothèse que dans le cadre d’une « industrie de la circulation » (Jeanneret, 2014) contemporaine où la valeur se crée par la réappropriation et la circulation des textes, l’abstraction et la modularité permise par les API Web trouvent une nouvelle utilité.

Informations

Jeudi 8 juin 2017, 14h-15h30.

LIP6, salle 25-26/105.

Documents

Jean-François Perrot : « Un objet pédagogique : la verticale multilingue » (20/04/2017)

Orateur

Jean-François Perrot (LIP6)

Titre

Un objet pédagogique : la verticale multilingue

Vidéo

 

Résumé

Il s’agit de traiter un même programme en plusieurs langages de niveaux différents (du genre Python, C, assembleur MIPS), en prêtant attention aux changements de perspective induits par ces transitions.

On présentera une réalisation de cette idée pour le programme du calcul itératif de la suite de Fibonacci sans limitation de la taille du résultat, en Python, C et MIPS. (Évidemment, le point essentiel est l’exigence de valeurs illimitées, rendue « naturelle » par Python.)

Outre l’augmentation spectaculaire de la taille du code, on voit apparaître des problèmes imprévus de divers ordres, comme une particularité de l’addition fib(n-1)+fib(n), ou du nombre de zéros qui apparaissent au début d’un quotient. Loin d’être un simple exercice de réécriture, l’expérience devient un projet logiciel complet, avec plusieurs tours de spirale, où Python joue un rôle précieux de boîte à outils pour la modélisation, où l’écriture en C a sa propre problématique, et où la réalisation en assembleur MIPS exige une démarche d’une rigueur de fer.

On discutera des vertus pédagogiques attendues de ce dispositif.

Informations

20 avril 2017, 14h-15h30.

LIP6, salle 24-25/405.

Documents