Archives de catégorie : Saison 2017-2018

Sandrine Boissel : « Mall&t’ Algo en Main/AccessiDVScratch – Manipulate Learn Look&Touch : l’algo pour tous grâce à la manipulation » (12/04/2018)

Orateur

Sandrine Boissel (Académie de Grenoble)

Titre

« Mall&t’ Algo en Main/AccessiDVScratch – Manipulate Learn Look&Touch : l’algo pour tous grâce à la manipulation »

Résumé

Mall&t’ Algo en Main est un dispositif pédagogique inclusif.

L’écran d’ordinateur est remplacé par un support réel et dynamique (épingles et élastiques sur support en relief) ; toutes les instructions sont adaptées en gros caractères et en braille sur des briques de type Lego ; les couleurs et formes géométriques saillantes permettent d’identifier rapidement les instructions.

Pour créer un algorithme, il suffit de le construire en emboîtant les différentes instructions.

Cet outil permet de faciliter l’acquisition de nouveaux concepts mathématiques (variables, priorités de calculs…) et de la pensée algorithmique en s’appuyant sur la manipulation. Il offre la possibilité de travailler de façon individuelle ou collaborative, de lire un script de façon linéaire ou séquentielle rapide, de découper, conserver, comparer ou échanger des morceaux d’algorithme. Ce
dispositif a été conçu pour des personnes aveugles ou mal-voyantes et leur est donc parfaitement accessible. Cela permet un travail commun entre personnes dites valides et personnes en situations de handicap.

Informations

Jeudi 12 avril 2018, 14h-16h.

Salle 24-25/405 du LIP6 (rotonde 25, 4e étage)

4 place Jussieu, 75005 Paris
métro Jussieu (lignes 7 et 10)

Jean-Baptiste Guillaumin : « Une approche informatique du classement stemmatique des traditions manuscrites latines » (15/02/2018)

Orateur

Jean-Baptiste Guillaumin (Université Paris-Sorbonne, laboratoire Rome et ses renaissances)

Titre

« Une approche informatique du classement stemmatique des traditions manuscrites latines »

Résumé

L’édition critique des textes antiques, qui ne sont généralement conservés que dans des témoins manuscrits médiévaux, repose en premier lieu sur un classement de ces témoins visant à définir des familles textuelles fondées sur des variantes communes. Quand elle est possible, la constitution d’un « stemma codicum », que l’on peut définir comme un arbre généalogique de la tradition manuscrite, permet d’identifier les variantes susceptibles de remonter à l’état le plus ancien du texte (qui n’est du reste pas nécessairement le texte de l’auteur).

Le modèle généalogique, voire phylogénétique, employé dans cette approche de l’édition critique a conduit à des tentatives d’informatisation de la méthode fondées sur l’évaluation de distances entre des textes correspondant à un même passage affecté de variantes. On présentera ici un programme rudimentaire permettant d’établir ce genre de distance sur un ensemble de témoins considérés deux à deux (distance de Levenshtein adaptée pour tenir compte des spécificités graphiques des manuscrits latins) afin d’en tirer ensuite, grâce à l’algorithme neighbor-joining, une représentation des rapprochements stemmatiques possibles.

Informations

Jeudi 15 février 2018, 14h-15h30.

Salle 24-25/405 du LIP6 (rotonde 25, 4e étage)

4 place Jussieu, 75005 Paris
métro Jussieu (lignes 7 et 10)

Documents

François Anceau : « De l’hydrodynamique au réglage des horloges distribuées » (18/01/2018)

Orateur

François Anceau

Titre

De l’hydrodynamique au réglage des horloges distribuées

Résumé

Ce projet découle d’une suite de projets ANR (Hodiss puis Herodotos). Ceux-ci nous ont permis d’étudier la faisabilité de systèmes d’horloges distribuées synchrones avec l’objectif de remplacer la communication asynchrone dans les SOC (Systems On Circuits) par une communication synchrone plus simple et plus sûre, ainsi que de réaliser des horloges numériques de taille compatible avec leur intégration. Le projet Aquaphase prolonge ces études. Il découle de l’utilisation d’une analogie hydraulique pour résoudre ce problème. Dans ces systèmes, les horloges sont des PLL (Phase Locked Loop) interconnectés. Leurs écarts de phase définissent une fonction discrète sur la surface du circuit. Celle-ci peut être étendue à une fonction continue sous certaines conditions. La nature nous offre des exemples de telles fonctions continues qui convergent vers des surfaces planes dans un champ uniforme. Par exemple, la surface des liquides offre de telles surfaces dans des champs gravifiques uniformes. L’équation de ces surfaces est de type équation différentielle du second ordre avec Laplacien. Il est trivial d’aligner l’asservissement des PLL sur les paramètres d’un liquide. La discrétisation du Laplacien revient à faire la moyenne des écarts de phase d’un PLL avec ses quatre voisins. Dans le cadre d’Hodiss et d’Hérodotos, nous avons simulé, puis réalisé deux circuits intégrés (de 16 puis de 100 PLL) qui ont confirmé le bien-fondé de ces théories. Grâce à un projet Lip6, nous avons simulé le fonctionnement d’un réseau de 10 000 PLL qui nous a montré l’absence d’erreurs de phase permanentes dues à la distance. Moyennant quelques adaptations et contraintes, ces techniques peuvent être appliquées à des réseaux informatiques avec une précision meilleure que celle obtenue par PTP (Pretty Time Protocol).

Informations

Salle 24-25/405 du LIP6 (rotonde 24 ou 25, 4e étage)

4 place Jussieu, 75005 Paris
métro Jussieu (lignes 7 et 10)

Documents