Archives de catégorie : Saisons

Gauthier van den Hove : « L’invention des liens statiques » (23/05/2019)

Gauthier van den Hove (Centrum Wiskunde & Informatica)

« L’invention des liens statiques »

Résumé

La plupart des langages de programmation utilisent une pile de blocs d’activation pendant leur exécution, dans laquelle les blocs d’activation sont liés entre eux par deux liens, communément appelés « dynamique » et « statique ». Notre exposé examinera l’invention de cette technique, et sa première mise en œuvre, en 1960, dans la première implémentation du langage ALGOL 60, qui est l’ancêtre de la plupart des langages de programmation dits « impératifs » utilisés aujourd’hui.

Informations

Jeudi 23 mai 2019

Salle 24-25/405 du LIP6 (rotonde 25, 4e étage)
4 place Jussieu, 75005 Paris
métro Jussieu (lignes 7 et 10)

Marie-José Durand-Richard : « Les diagrammes de fonctionnement de The Analytical Engine, de Charles Babbage 1791-1877) à Ada Lovelace (1815-1852) » (11/04/2019)

Marie-José Durand-Richard (Paris 8, SPHERE, CNRS)

« Les diagrammes de fonctionnement de The Analytical Engine, de Charles Babbage 1791-1877) à Ada Lovelace (1815-1852) »

Résumé

Charles Babbage (1791-1877) a élaboré les plans de The Analytical Engine afin de matérialiser la conception symbolique de l’algèbre élaborée au sein d’un réseau d’algébristes nommé The Analytics. Cette conception était fondée sur les propriétés strictement opératoires des développements en série. Suite à la présentation de ses plans en Italie en 1841, l’ingénieur militaire Luigi Menabrea (1809-1896) a publié en français quelques exemples de  diagrammes de fonctionnement de cette machine, diagrammes que je qualifie de statiques. Dans les précieuses notes qu’elle ajoute dans sa traduction de cet article en anglais, Ada Lovelace (1815-1852) les complète par de nouveaux diagrammes, que je qualifie de dynamiques. On étudiera ces diagrammes afin d’examiner quelles sont les caractéristiques qui peuvent permettre, ou non, de les qualifier de programmes.

Informations

Jeudi 11 avril 2019

Salle 24-25/405 du LIP6 (rotonde 25, 4e étage)
4 place Jussieu, 75005 Paris
métro Jussieu (lignes 7 et 10)

Bastien Guerry : « Code source et/ou documentation ? Réflexions autour de l’éditeur Emacs, du langage Emacs Lisp et du module Org-mode » (28/03/2019)

Orateur

Bastien Guerry

Titre

« Code source et/ou documentation ? Réflexions autour de l’éditeur Emacs, du langage Emacs Lisp et du module Org-mode »

Résumé

Cette présentation est un jalon le long d’une réflexion plus large sur la documentation logicielle. Une fois illustrés quelques problèmes généraux, nous explorerons la documentation de l’éditeur GNU Emacs et du langage Emacs Lisp d’un point de vue « utilisateur ». Puis nous aborderons cette question de la rédaction de la documentation du point de vue « développeur » à partir de notre expérience de la maintenance d’org-mode, un module d’Emacs. Un temps important sera consacré aux échanges pour que chacun puisse contraster ces expériences à l’aide d’autres expériences particulières.

Informations

Jeudi 28 mars 2019

Salle 25-26/105 du LIP6 (rotonde 25, 1er étage) (attention au changement de salle !)

4 place Jussieu, 75005 Paris
métro Jussieu (lignes 7 et 10)

Assia Mahboubi, « Démonstrations assistées par ordinateur »

Assia MAHBOUBI (Inria, LS2N, Université de Nantes)

« Démonstrations assistées par ordinateur »

Informations pratiques

Jeudi 7 février 2019

Salle 24-25/405 du LIP6 (rotonde 25, 4e étage)

4 place Jussieu, 75005 Paris
métro Jussieu (lignes 7 et 10)

Affiche (PDF)

Résumé

Les ordinateurs ont profondément transformé la pratique des mathématiques contemporaines, mettant en particulier leur puissance de calcul au service de l’observation, de la conjecture et même de la validation “par calcul”. La généralisation rapide de l’accès à une puissance de calcul surhumaine a même suscité de nouvelles formes de mathématiques, à l’interface avec l’informatique, comme le calcul formel ou l’analyse numérique. Moins connus que certains systèmes de calcul symbolique, numérique ou statistique, les “assistants de preuve” font néanmoins partie des logiciels qui permettent de faire des mathématiques sur ordinateur. Ils sont conçus pour aider leurs utilisateurs à représenter définitions, énoncés et démonstrations dans un formalisme logique précis et non ambigu, sous la forme de bibliothèques digitales de mathématiques formalisées. Il existe plusieurs sous-familles d’assistants de preuves, qui diffèrent en particulier sur le choix de fondations logiques, qui détermine le langage formel utilisé. En particulier, une majorité d’entre eux sont basés sur une forme de théorie des types, une approche des fondations logiques qui donne une place privilégiée aux fonctions, et au concept de calcul. Mais dans tous les case, une telle (ré)écriture des théories mathématiques serait bien trop piétonne pour être envisageable, sinon intéressante, sans l’aide de la machine. Cette dernière permet en retour de réduire la vérification des preuves à une tâche routinière et mécanisée. Mais ce n’est pas le seul bénéfice d’une telle formalisation et nous discuterons dans cet exposé la pratique et les enjeux de cette forme de mathématiques assistées par ordinateur.

Cet exposé ne présuppose pas de connaissance particulière en logique ou en programmation.

Oriane Piquer-Louis : « Informatique et présentation de soi : la ligne de commande, une esthétique de l’efficacité ? Retour sur un mémoire de Master » (24/01/2019)

Oriane PIQUER-LOUIS (Université Lumière Lyon 2, ELICO)

« Informatique et présentation de soi : la ligne de commande, une esthétique de l’efficacité ? Retour sur un mémoire de Master »

Informations pratiques

Jeudi 24 janvier 2019, 14h-16h.

Salle 24-25/405 du LIP6 (rotonde 25, 4e étage)

4 place Jussieu, 75005 Paris

métro Jussieu (lignes 7 et 10)

Résumé

Comment une interface peut-elle influencer le rapport à soi, aux autres et à l’informatique ? Ce travail consiste à explorer les raisons qui poussent une certaine frange des utilisateurs d’ordinateurs à les configurer en ligne de commande, et à en étudier l’impact en termes de présentation de soi.

On remarque en effet que la ligne de commande génère autour d’elle une sociabilité assez particulière, nourrie par des imaginaires ambivalents et théâtralisés. C’est un objet sémiotique puissant, pris dans un réseau d’influences divers qui évoque à lui seul ce que nous avons appelé une esthétique de l’efficacité, ce rapport différent que l’on entretient avec l’informatique en adoptant cet outil. En effet, cette esthétique excède l’objet auquel elle est attachée-la ligne de commande-et vient couvrir des aspects de la vie quotidienne qui n’ont rien à voir avec l’informatique.

On reviendra sur les conclusions de ce travail, et sur les différentes pistes de recherche envisagées aujourd’hui.

Documents

Sandrine Boissel : « Mall&t’ Algo en Main/AccessiDVScratch – Manipulate Learn Look&Touch : l’algo pour tous grâce à la manipulation » (12/04/2018)

Orateur

Sandrine Boissel (Académie de Grenoble)

Titre

« Mall&t’ Algo en Main/AccessiDVScratch – Manipulate Learn Look&Touch : l’algo pour tous grâce à la manipulation »

Vidéo

Résumé

Mall&t’ Algo en Main est un dispositif pédagogique inclusif.

L’écran d’ordinateur est remplacé par un support réel et dynamique (épingles et élastiques sur support en relief) ; toutes les instructions sont adaptées en gros caractères et en braille sur des briques de type Lego ; les couleurs et formes géométriques saillantes permettent d’identifier rapidement les instructions.

Pour créer un algorithme, il suffit de le construire en emboîtant les différentes instructions.

Cet outil permet de faciliter l’acquisition de nouveaux concepts mathématiques (variables, priorités de calculs…) et de la pensée algorithmique en s’appuyant sur la manipulation. Il offre la possibilité de travailler de façon individuelle ou collaborative, de lire un script de façon linéaire ou séquentielle rapide, de découper, conserver, comparer ou échanger des morceaux d’algorithme. Ce
dispositif a été conçu pour des personnes aveugles ou mal-voyantes et leur est donc parfaitement accessible. Cela permet un travail commun entre personnes dites valides et personnes en situations de handicap.

Documents

Informations

Jeudi 12 avril 2018, 14h-16h.

Salle 24-25/405 du LIP6 (rotonde 25, 4e étage)

4 place Jussieu, 75005 Paris
métro Jussieu (lignes 7 et 10)

Jean-Baptiste Guillaumin : « Une approche informatique du classement stemmatique des traditions manuscrites latines » (15/02/2018)

Orateur

Jean-Baptiste Guillaumin (Université Paris-Sorbonne, laboratoire Rome et ses renaissances)

Titre

« Une approche informatique du classement stemmatique des traditions manuscrites latines »

Résumé

L’édition critique des textes antiques, qui ne sont généralement conservés que dans des témoins manuscrits médiévaux, repose en premier lieu sur un classement de ces témoins visant à définir des familles textuelles fondées sur des variantes communes. Quand elle est possible, la constitution d’un “stemma codicum”, que l’on peut définir comme un arbre généalogique de la tradition manuscrite, permet d’identifier les variantes susceptibles de remonter à l’état le plus ancien du texte (qui n’est du reste pas nécessairement le texte de l’auteur).

Le modèle généalogique, voire phylogénétique, employé dans cette approche de l’édition critique a conduit à des tentatives d’informatisation de la méthode fondées sur l’évaluation de distances entre des textes correspondant à un même passage affecté de variantes. On présentera ici un programme rudimentaire permettant d’établir ce genre de distance sur un ensemble de témoins considérés deux à deux (distance de Levenshtein adaptée pour tenir compte des spécificités graphiques des manuscrits latins) afin d’en tirer ensuite, grâce à l’algorithme neighbor-joining, une représentation des rapprochements stemmatiques possibles.

Informations

Jeudi 15 février 2018, 14h-15h30.

Salle 24-25/405 du LIP6 (rotonde 25, 4e étage)

4 place Jussieu, 75005 Paris
métro Jussieu (lignes 7 et 10)

Documents

François Anceau : « De l’hydrodynamique au réglage des horloges distribuées » (18/01/2018)

Orateur

François Anceau

Titre

De l’hydrodynamique au réglage des horloges distribuées

Résumé

Ce projet découle d’une suite de projets ANR (Hodiss puis Herodotos). Ceux-ci nous ont permis d’étudier la faisabilité de systèmes d’horloges distribuées synchrones avec l’objectif de remplacer la communication asynchrone dans les SOC (Systems On Circuits) par une communication synchrone plus simple et plus sûre, ainsi que de réaliser des horloges numériques de taille compatible avec leur intégration. Le projet Aquaphase prolonge ces études. Il découle de l’utilisation d’une analogie hydraulique pour résoudre ce problème. Dans ces systèmes, les horloges sont des PLL (Phase Locked Loop) interconnectés. Leurs écarts de phase définissent une fonction discrète sur la surface du circuit. Celle-ci peut être étendue à une fonction continue sous certaines conditions. La nature nous offre des exemples de telles fonctions continues qui convergent vers des surfaces planes dans un champ uniforme. Par exemple, la surface des liquides offre de telles surfaces dans des champs gravifiques uniformes. L’équation de ces surfaces est de type équation différentielle du second ordre avec Laplacien. Il est trivial d’aligner l’asservissement des PLL sur les paramètres d’un liquide. La discrétisation du Laplacien revient à faire la moyenne des écarts de phase d’un PLL avec ses quatre voisins. Dans le cadre d’Hodiss et d’Hérodotos, nous avons simulé, puis réalisé deux circuits intégrés (de 16 puis de 100 PLL) qui ont confirmé le bien-fondé de ces théories. Grâce à un projet Lip6, nous avons simulé le fonctionnement d’un réseau de 10 000 PLL qui nous a montré l’absence d’erreurs de phase permanentes dues à la distance. Moyennant quelques adaptations et contraintes, ces techniques peuvent être appliquées à des réseaux informatiques avec une précision meilleure que celle obtenue par PTP (Pretty Time Protocol).

Informations

Salle 24-25/405 du LIP6 (rotonde 24 ou 25, 4e étage)

4 place Jussieu, 75005 Paris
métro Jussieu (lignes 7 et 10)

Documents

Julien Grenet : « La transparence et l’obstacle : les algorithmes d’affectation des élèves aux établissements d’enseignement » (11/05/2017)

Orateur

Julien Grenet (CNRS, École d’Économie de Paris, Institut des Politiques Publiques)

Titre

« La transparence et l’obstacle : les algorithmes d’affectation des élèves aux établissements d’enseignement »

Vidéo

Résumé

Pour organiser l’affectation des élèves aux établissements d’enseignement (écoles élémentaires, collèges, lycées, universités), de plus en plus de pays ont recours à des procédures dites « de choix régulé ». Ces procédures centralisées s’appuient sur des algorithmes qui, à l’image du mécanisme d’acceptation différée de Gale et Shapley, visent à satisfaire au mieux les vœux d’affectation tout en tenant compte de règles de priorité pour départager les élèves lorsque la demande excède le nombre de places disponibles dans une école donnée. En France, plus d’un million de collégiens et de lycéens participent
chaque année aux procédures affectation automatisées Affelnet et Admission Post-Bac. Comment fonctionnent les algorithmes mobilisés dans le cadre de ces procédures ? Sont-ils équitables ? Constituent-ils un levier efficace pour réduire les inégalités sociale face à l’école ?

Informations

Jeudi 11 mai 2017, 14h-15h30.

LIP6, salle 25-26/105 (attention, salle inhabituelle !).

Documents

Samuel Goyet : « Les interfaces de programmation (API) web : écriture informatique, industrie du texte et économie des passages » (08/06/2017)

Orateur

Samuel Goyet (GRIPIC, Paris-Sorbonne, COSTECH, UTC Compiègne)

Titre

« Les interfaces de programmation (API) web : écriture informatique, industrie du texte et économie des passages »

Vidéo

Résumé

Dans cette intervention, je propose d’étudier les interfaces de programmation (API) Web du point de vue des sciences humaines, et plus particulièrement des sciences de l’information et de la communication. Nous partons du principe qu’une API est un « architexte » (Jeanneret, Souchier, 1999), soit un outil d’écriture informatique qui permet tout autant que contraint l’écriture. Envisagée de ce point de vue, une API est une procédure informatique qui a intégré la chaîne de production contemporaine des textes de réseau. Une API a donc un rôle éditorial : elle participe à l’établissement de ces textes selon certains attendus culturels et techniques.

Nous souhaitons interroger ce rôle éditorial, en nous situant entre technique et sémiotique : comment les API Web contemporaines, par leur composante informatique, travaillent et informent les textes de réseau ? Quelle est la conception du texte qui est propagée et industrialisée par ces outils ? Nous faisons l’hypothèse d’un lien entre le mode de fonctionnement d’une API et des formes qu’elle permet de produire : parce qu’une API est une procédure informatique, elle obéit à certains principes de cette science, et ces principes travaillent les formes à venir. En même temps, parce qu’elle sert à la production de pages web, elle s’insère dans une histoire pluriséculaire de la page et du texte, dans une certaine culture visuelle dont elle ne peut se départir mais qu’elle reconfigure.

Nous étudierons la documentation des API de Facebook et de Twitter, les formes que ces API permettent de produire, tant dans leur composante sémiotique (widgets, timelines, etc.) que technique (le code source qui en permet l’affichage). Nous mettrons en évidence deux couples de notions à l’œuvre : le couple modularité/abstraction du texte ; le couple discrétisation / manipulabilité de ces modules. Nous montrerons que ces dynamiques sont inhérentes à l’histoire de l’informatique et de la programmation, et s’inscrivent dans une histoire longue du texte. Enfin, nous ferons l’hypothèse que dans le cadre d’une « industrie de la circulation » (Jeanneret, 2014) contemporaine où la valeur se crée par la réappropriation et la circulation des textes, l’abstraction et la modularité permise par les API Web trouvent une nouvelle utilité.

Informations

Jeudi 8 juin 2017, 14h-15h30.

LIP6, salle 25-26/105.

Documents

Jean-François Perrot : « Un objet pédagogique : la verticale multilingue » (20/04/2017)

Orateur

Jean-François Perrot (LIP6)

Titre

Un objet pédagogique : la verticale multilingue

Vidéo

 

Résumé

Il s’agit de traiter un même programme en plusieurs langages de niveaux différents (du genre Python, C, assembleur MIPS), en prêtant attention aux changements de perspective induits par ces transitions.

On présentera une réalisation de cette idée pour le programme du calcul itératif de la suite de Fibonacci sans limitation de la taille du résultat, en Python, C et MIPS. (Évidemment, le point essentiel est l’exigence de valeurs illimitées, rendue « naturelle » par Python.)

Outre l’augmentation spectaculaire de la taille du code, on voit apparaître des problèmes imprévus de divers ordres, comme une particularité de l’addition fib(n-1)+fib(n), ou du nombre de zéros qui apparaissent au début d’un quotient. Loin d’être un simple exercice de réécriture, l’expérience devient un projet logiciel complet, avec plusieurs tours de spirale, où Python joue un rôle précieux de boîte à outils pour la modélisation, où l’écriture en C a sa propre problématique, et où la réalisation en assembleur MIPS exige une démarche d’une rigueur de fer.

On discutera des vertus pédagogiques attendues de ce dispositif.

Informations

20 avril 2017, 14h-15h30.

LIP6, salle 24-25/405.

Documents

Liesbeth De Mol : Un code source sans code ? Le cas de l’ENIAC (22/06/2016)

Oratrice

Liesbeth De Mol (CNRS, Savoirs Textes Langages, Université de Lille 3)

Titre

« Un code source sans code ? Le cas de l’ENIAC »

Résumé

Qu’est-ce qu’un programme ? Qu’est-ce qu’un code (source) ? Est-ce un « texte » susceptible d’une analyse littéraire ou plutôt quelque chose qui réside dans les circuit électroniques de l’ordinateur ? Est-ce un objet technique ou formel ? D’un certain point de vue, ces questions purement philosophiques ont peu à voir avec une réalité quelle qu’elle soit. Mais en informatique, ces questions sont au cœur de la discipline et les réponses qu’on leur donne déterminent des décisions qui affectent jusqu’à la législation des logiciels : selon qu’on voie le code comme texte ou comme programme exécutable, la législation qui s’applique est celle du copyright ou du brevet. Ainsi, aucune philosophie du code source n’est innocente et la prudence s’impose à ce sujet.

De nos jours, il est de bon ton de ne plus parler du matérialité du logiciel : même en histoire de l’informatique, la tendance est de se concentrer sur les logiciels et d’ignorer la matérialité dans laquelle ils sont ancrés. Cette tendance est le résultat d’une des technique les plus importantes de l’informatique : l’abstraction. C’est l’abstraction qui nous permet d’oublier ce qui est caché sous une interface et de rendre ainsi transparents les logiciels. C’est l’abstraction qui permet le développement de logiciels qui n’ont plus besoin de renvoyer au niveau inférieur. Sans abstraction, pas de vrais logiciels. Sans abstraction, pas de vrai « langage » de programmation. Sans abstraction, l’industrie ne serait pas capable de créer ce vers quoi tendent les abstractions industrielles, et que Dijkstra décrit ainsi :

“[T]he computer user, as functioning in the development of computer products is not a real person of flesh and blood but a literary figure, the creation of literature, rather poor literature. […] [H]e is most uninspiring. He is stupid, education resistant if not education proof, and he hates any form of intellectual demand made on him, he cannot be delighted by something truly beautiful, because he lacks the education to appreciate beauty. Large sections of computer science are paralyzed by accepting this moron as their typical customer.”

Dans cet exposé, je voudrais effectuer un mouvement inverse en allant de l’abstraction vers la physicalité des calculs, en étudiant une pratique où il n’y a pas de « code » qui puisse être « compris » par la machine. Au contraire, il s’agit d’une pratique où c’est l’être humain qui doit comprendre la machine alors qu’elle peut coder ces idées. C’est la pratique de l’ENIAC original – une des premières machines électroniques et programmables. Dans cet exposé, j’expliquerai comment la machine peut être programmée. Le but de tel exposé est d’interroger ce que veut dire « code source » du point de vue de la machine. Cela me permet non seulement de montrer le contexte original de l’abstraction mais aussi d’introduire un point de vue matériel pour lequel il n’existe pas de logiciels. Ainsi, le vrai but de cet exposé est d’aller contre la tendance de cacher l’entrelacement du code, de la machine et des humains en le rendant transparent.

Informations

Mercredi 22 juin, 14h-15h30.

LIP6, salle 24-25/405.

Documents

Karine Chemla : Calculer avec des positions, calculer avec des tables en Chine ancienne (13/04/2016)

Orateur

Karine Chemla (ERC Advanced Research Grant SAW & SPHERE, CNRS-Université Paris Diderot)

Titre

Calculer avec des positions, calculer avec des tables en Chine ancienne

Résumé

Au nombre des traditions mathématiques que l’on peut identifier en Chine ancienne, l’une paraît faire un usage singulier de positions sur la surface matérielle sur laquelle les algorithmes étaient exécutés. C’est de fait en son sein que furent élaborées les nombreuses notations positionnelles que l’on peut repérer en Chine ancienne et qui distingue cette tradition d’autres traditions, en Chine ou ailleurs. L’exposé vise à repérer les contours de cette tradition ainsi qu’à esquisser le corpus de résultats et de pratiques qui s’y rattachent. Il vise également à mettre en évidence la persistance de cette tradition sur des siècles, tout en montrant comment de nouveaux résultats émergent dans ce cadre. L’exposé proposera enfin des hypothèses sur les raisons de cette longévité.

Informations

Mercredi 13 avril 2016, 14h-15h30.

LIP6, salle 24-24/405.

Documents

Yann Régis-Gianas : CallCC, un coup d’état sur le contrôle (23/03/2016)

Orateur

Yann Régis-Gianas

Titre

CallCC, un coup d’état sur le contrôle

Résumé

Lorsque Dijkstra publie son article “Go To Statement Considered Harmful”, une fronde de programmeurs – dont Knuth – s’est élevée contre les restrictions d’expressivité proposées par l’informaticien néerlandais : en effet, la structuration du flot de contrôle par les seules procédures et boucles while interdisait certains idiomes de programmation fort utiles et répandus.

Cependant, les motivations de Dijkstra étaient légitimes : puisque l’on ne peut pas prédire les prédécesseurs d’un point de contrôle en présence du “goto”, on ne peut pas raisonner localement sur les instructions d’un programme et cela interdit toute ambition de passage à l’échelle de la preuve de programme.

Seulement, l’expressivité du “goto” peut être retrouvée à l’aide d’opérateurs de contrôle inventés par Peter Landin plusieurs années auparavant : en présence de ces opérateurs, les points de contrôle deviennent des objets de première classe appelés continuations. En tant qu’objet du calcul, les points de contrôle du programme sont alors l’affaire du programmeur. Grâce à l’abstraction de type, il peut alors choisir de légiférer comme bon lui semble pour spécifier leur bon usage.

Informations

Mercredi 23 mars 2016, 14h-15h30.

LIP6, salle 24-24/405.

Documents