Archives de l’auteur : Baptiste Mélès

Lucie CONJARD, « Ethnographier les processus de production de dispositifs à “intelligence artificielle” : matérialités et représentations dans l’IA » (12/05/2022)

Oratrice

Lucie Conjard (IIAC – Centre Georg Simmel, EHESS)

Titre

« Ethnographier les processus de production de dispositifs à “intelligence artificielle” : matérialités et représentations dans l’IA »

Résumé

L’anthropologie des techniques a établi très tôt dans son histoire le lien entre les techniques que mobilise une société et les représentations que celle-ci se donne du monde, de l’homme et d’elle-même. Les techniques apparaissent alors comme des postes d’observation permettant de mettre au jour les catégories centrales d’une culture, celles qui structurent les rapports sociaux en son sein. Elles ne peuvent, au demeurant, être saisies hors de ces rapports sociaux, qui président au développement, à la fabrication et à l’usage des artefacts et dispositifs. C’est pourquoi il importe de s’intéresser aux dispositifs techniques à la fois dans leurs processus de production et dans leurs usages. Comment cet héritage des hypothèses et méthodologies de l’anthropologie des techniques peut-il nous aider à éclairer l’actualité des techniques numériques dans le monde industriel contemporain ?

Nous proposons d’interroger les techniques dites d’« intelligence artificielle » pour mettre au jour les représentations qu’elles mobilisent et font agir dans le monde social. Car, en tant que techniques graphiques et de catégorisation automatique, elles questionnent deux couples catégoriels centraux pour les sociétés occidentales : la conjonction entre signe et sens d’une part, et le rapport entre vérité et action de l’autre.

Je présenterai mon projet de thèse intitulé Catégories, techniques et  représentations dans l’intelligence artificielle : de l’invention à l’usage, les travaux de terrains effectués et la façon dont ils sont impacté mes hypothèses.

Informations

Jeudi 7 avril 2022, 14h-16h

Salle 15-16/101 de l’IRILL (rotonde 15, 1er étage)

4 place Jussieu, 75005 Paris

métro Jussieu (lignes 7 et 10)

Vidéoconférence par Zoom (contactez les organisateurs du séminaire pour obtenir le lien).

Thierry DUMONT, « Algol, 60 ans après » (07/04/2022)

Orateur

Thierry Dumont (Institut Camille Jordan, Villeurbanne)

Titre

« Algol, 60 ans après »

Résumé

Le langage Algol (60) a été avec Fortran un des premiers langages de programmation sérieux et réellement utilisables. La rigueur de sa conception impressionne toujours.

On trouve assez facilement, dans les bibliothèques universitaires, deux tomes de « Procédures Algol en Analyse Numérique »  écrits sous l’égide du CNRS, le dernier ayant été publié en 1970.

Peut-on exécuter ces programmes en 2022 ? Oui, car il existe un compilateur libre, fiable et maintenu.

Je présenterai d’abord le langage Algol 60 et je parlerai un peu de sa descendance. Ensuite, je montrerai quelques exemples de programmes qui fonctionnent à nouveau.

Le résultat est assez éclairant quant à la pratique du calcul et de la programmation en ces temps déjà lointains.

Informations

Jeudi 7 avril 2022, 14h-16h

Salle 15-16/101 de l’IRILL (rotonde 15, 1er étage)

4 place Jussieu, 75005 Paris

métro Jussieu (lignes 7 et 10)

Vidéoconférence par Zoom (contactez les organisateurs du séminaire pour obtenir le lien).

Denis MERIGOUX, « Transformer la loi en code grâce au langage de programmation Catala » (10/03/2022)

Orateur

Denis MERIGOUX (Prosecco, Inria)

Titre

« Transformer la loi en code grâce au langage de programmation Catala »

Résumé

Un certain nombre d’administrations et d’entreprises maintiennent des programmes informatiques afin de calculer des montants d’impôt, allocations, cotisations, pensions, etc. à partir de données de leurs usagers. Transformer les textes de loi qui régissent ces calculs en code est une tâche très difficile, car elle requiert une double expertise juridique et informatique. De plus, la complexité inhérente des textes de loi et leur style de rédaction empêche activement la constitution d’une base de code saine et maintenable. En s’inspirant des travaux de Sarah Lawsky, professeure de droit fiscal et titulaire d’un doctorat en logique, le langage dédié Catala propose un nouveau  processus de transformation de la loi en code, basé sur la programmation littéraire et en binôme. Le compilateur de Catala, basé sur une sémantique formelle du langage, permet également l’intégration du code dans virtuellement n’importe quelle architecture legacy grâce à la compilation. Le projet est soutenu par une équipe  interdisciplinaire comprenant notamment Denis Merigoux, doctorant en informatique à l’Inria, et Liane Huttner, doctorante en droit à Paris I.

Informations

Jeudi 10 mars 2022, 14h-16h

Salle 15-16/101 de l’IRILL (rotonde 15, 1er étage)

4 place Jussieu, 75005 Paris

métro Jussieu (lignes 7 et 10)

Vidéoconférence par Zoom (contactez les organisateurs du séminaire pour obtenir le lien).

Marine RIGUET : « Humanités numériques : un changement d’optique pour l’histoire littéraire ? » (17/02/2022)

Oratrice

Marine RIGUET (Université de Reims, CRIMEL)

Titre

« Humanités numériques : un changement d’optique pour l’histoire littéraire ? »

Résumé

Cette séance sera l’occasion d’une réflexion à la fois méthodologique et ontologique sur l’apport de l’informatique pour la recherche littéraire. En repartant de cas pratiques, nous réfléchirons à son usage pour une nouvelle herméneutique des textes, en particulier dans la construction d’une histoire empirique et relationnelle de la  littérature et des sciences durant la seconde moitié du XIXe siècle.  Nous tenterons ainsi d’interroger le changement d’optique du chercheur, pris entre l’infiniment grand supposé par le distant reading et l’infiniment petit des microphénomènes observables pour l’interprétation littéraire.

Informations

Jeudi 17 février 2022, 14h-16h

Salle 15-16/101 de l’IRILL (rotonde 15, 1er étage)

4 place Jussieu, 75005 Paris

métro Jussieu (lignes 7 et 10)

Vidéoconférence par Zoom (contactez les organisateurs du séminaire pour obtenir le lien).

Valeria GIARDINO : « Diagrammes et autres outils cognitifs : quelle place dans la pratique mathématique ? » (20/05/2021)

Oratrice

Valeria GIARDINO (CNRS, Institut Jean-Nicod, ENS Paris)

Titre

« Diagrammes et autres outils cognitifs : quelle place dans la pratique mathématique ? »

Informations

Jeudi 20 mai 2021, 14h-16h

Salle 15-16/101 de l’IRILL (rotonde 15, 1er étage)
4 place Jussieu, 75005 Paris
métro Jussieu (lignes 7 et 10)

Cette séance était initialement prévue le jeudi 14 mai 2020.

Viviane PONS : « Le notebook Jupyter : un outil pour l’enseignement » (01/04/2021)

Oratrice

Viviane PONS (Université Paris-Sud, GALaC)

Titre

« Le notebook Jupyter : un outil pour l’enseignement »

Résumé

Jupyter est un outil qui permet d’afficher à la fois du texte et des cellules de code éditables et exécutables, le tout dans un navigateur web. Lors de cet exposé, nous présentons le fonctionnement général de l’outil, son utilisation dans un cadre pédagogique, et les solutions pour le mettre en place. Nous verrons en particulier comment il est utilisé à différent niveaux et pour différents langages de programmation à l’université Paris-Saclay pour l’enseignement de  l’informatique.

Informations

Jeudi 1er avril 2021, 14h-16h

Vidéoconférence par Zoom (contactez les organisateurs du séminaire pour obtenir le lien).

Cette séance était initialement prévue le jeudi 30 avril 2020.

Roberto DI COSMO : « Towards software as a first class citizen in the scholarly world » (12/03/2020)

Orateur

Roberto DI COSMO (INRIA, PPS, Université Paris-Diderot)

Titre

« Towards software as a first class citizen in the scholarly world »

Résumé

Software is a fundamental pillar of modern scientific research, across all fields and disciplines. However, there is a general lack of adequate means to archive, reference and cite software. In this talk, we will survey the main issues that make this task difficult, ranging from the specificity of the persistent identifiers needed for reproducibility to the complexity of determining software authorship and authority, especially for long running projects, which are needed for proper software attribution and credit. We report on recent contributions to the ongoing efforts to develop proper processes, guidelines and recommendations for software reference and software citation, building upon the internal experience of Inria and the emerging Software Heritage infrastructure.

Informations

Jeudi 12 mars 2020, 14h-16h

Salle 15-16/101 de l’IRILL (rotonde 15, 1er étage)
4 place Jussieu, 75005 Paris
métro Jussieu (lignes 7 et 10)

Michèle SORIA (04/03/2020), « Combinatoire Analytique : énumération, statistiques et génération aléatoire »

Oratrice

Michèle SORIA (Sorbonne Université, LIP6)

Titre

« Combinatoire Analytique : énumération, statistiques et génération aléatoire »

Résumé

La Combinatoire Analytique, développée par Philippe Flajolet et son école à partir des années 1980, est une théorie dont l’objectif est de quantifier les propriétés de structures discrètes variées, telles que mots, permutations, arbres, graphes… L’approche est celle d’un calcul sur les structures, fondé sur les propriétés algébriques et analytiques des séries génératrices de dénombrement.

On étudie des structures qui peuvent être spécifiées récursivement en fonction d’opérations combinatoires telles que Union, Produit, Séquence, Ensemble, Cycle. La phrase-clé de la Combinatoire  Analytique est « If you can specify, you can analyse » : à partir des spécifications, on développe une chaîne de traitement systématique, voire automatique, qui donne les lois asymptotiques générales gouvernant les séquences de dénombrement et le comportement des paramètres.

La première étape consiste à transcrire les spécifications en termes d’opérations algébriques sur les séries génératrices de  dénombrement des structures. Dans l’étape suivante, les séries génératrices sont interprétées comme des fonctions analytiques, dont les singularités sont déterminantes pour les estimations asymptotiques. Cette vision par l’analyse complexe permet d’étudier les propriétés statistiques des structures de grande taille, et de montrer des phénomène d’universalité : de nombreuses propriétés des structures combinatoires dépendent de traits globaux de leur définition, et non de détails.

Cet exposé présente un panorama de résultats de Combinatoire Analytique, ainsi que quelques algorithmes efficaces pour l’énumération et la génération aléatoire. Il est illustré de nombreux exemples et accompagné de traitements automatiques avec les  modules COMBSTRUCT et GFUN de MAPLE.

Informations

Mercredi 4 mars 2020, 14h-16h

Salle 24-25/405 du LIP6 (rotonde 25, 4e étage)
4 place Jussieu, 75005 Paris
métro Jussieu (lignes 7 et 10)

 

Laurent BLOCH : « Enseigner la programmation : Scheme ou Python ? » (30/01/2020)

Orateur

Laurent Bloch (CNAM)

Titre

« Enseigner la programmation : Scheme ou Python ? »

Résumé

Si pour enseigner la programmation il convient d’être agnostique en matière de langage, ce n’est pas pour cela qu’il faut renoncer à en choisir un qui soit bien adapté : niveau d’abstraction ni trop élevé ni trop bas, encouragement des bonnes pratiques reconnues, facilité d’apprentissage. Et sur ces points le style de la programmation fonctionnelle semble présenter des avantages décisifs. Des exemples seront exhibés.

Informations

Jeudi 30 janvier 2020, 14h-16h

Salle 15-16/101 du LIP6 (rotonde 15, 1er étage)

4 place Jussieu, 75005 Paris
métro Jussieu (lignes 7 et 10)

Documents

Agathe Keller (CNRS, Université Paris-Diderot) : « Des textes d’algorithmes concis, quelques exemples tirés de sūtras d’Āryabhaṭa (né en 476) et de son commentaire par Bhāskara (629) » (17/06/2021)

Oratrice

Agathe KELLER (CNRS, SPHERE, Université Paris-Diderot)

Titre

« Des textes d’algorithmes concis, quelques exemples tirés de sūtras d’Āryabhaṭa (né en 476) et de son commentaire par Bhāskara (629) »

Résumé

Les traités mathématiques sanskrits, suivant le style des textes de cette culture savante, sont rédigés en vers concis et concernent le plus souvent des procédures. Cette présentation se propose d’observer le lien entre le texte et l’algorithme reconstruit qu’il s’agit d’exécuter, afin d’y mettre en lumière comment s’effectue l’expression concise des étapes de l’exécution. En s’appuyant sur un texte canonique, l’Āryabhaṭīya (499), et le commentaire de Bhāskara pour décoder le sens des vers, nous observerons des manières de dire des procédures d’extraction de racine carrée, de calculer différents éléments d’une suite arithmétique ou de résoudre un certain type d’équation indéterminée. L’analyse pourra s’élargir à l’expression verbale de table numériques de sinus. Il s’agira donc d’observer les modes de compression d’un texte d’algorithme ou d’un ensemble de données numériques.

Informations pratiques

Jeudi 17 juin 2021, 14h-16h

Salle 15-16/101 de l’IRILL (rotonde 15, 1er étage)
4 place Jussieu, 75005 Paris
métro Jussieu (lignes 7 et 10)

Cette séance était initialement prévue le jeudi 4 juin 2020.

Guillaume Munch-Maccagnoni (Inria, Gallinette) : « Curry-Howard et méthode en recherche en langages de programmation : l’exemple de l’objet comme valeur linéaire » (13/06/2019)

Guillaume Munch-Maccagnoni (Inria, Gallinette)

« Curry-Howard et méthode en recherche en langages de programmation : l’exemple de l’objet comme valeur linéaire »

Résumé

La logique linéaire est depuis longtemps annoncée comme porteuse d’une révolution pour le développement des langages de programmation. Où en est-on ? Le langage de programmation Rust est un récent langage industriel qui contient « de vrais morceaux » de logique linéaire assurant sa sûreté. Il est perçu comme une avancée majeure pour plusieurs champs d’application : programmation système, programmation concurrente. Mais on s’étonnera des canaux détournés empruntés par les idées de la logique linéaire avant de parvenir à leur application, à travers la programmation système et la programmation « objet ».

Je présenterai ces idées et proposerai de retracer une partie de leur évolution. Ce sera l’occasion de réfléchir au rôle de la correspondance de Curry-Howard dans la recherche sur le design des langages de programmation.

Informations

Jeudi 13 juin 2019

Salle 24-25/405 du LIP6 (rotonde 25, 4e étage)
4 place Jussieu, 75005 Paris
métro Jussieu (lignes 7 et 10)

Gauthier van den Hove : « L’invention des liens statiques » (23/05/2019)

Gauthier van den Hove (Centrum Wiskunde & Informatica)

« L’invention des liens statiques »

Résumé

La plupart des langages de programmation utilisent une pile de blocs d’activation pendant leur exécution, dans laquelle les blocs d’activation sont liés entre eux par deux liens, communément appelés « dynamique » et « statique ». Notre exposé examinera l’invention de cette technique, et sa première mise en œuvre, en 1960, dans la première implémentation du langage ALGOL 60, qui est l’ancêtre de la plupart des langages de programmation dits « impératifs » utilisés aujourd’hui.

Informations

Jeudi 23 mai 2019

Salle 24-25/405 du LIP6 (rotonde 25, 4e étage)
4 place Jussieu, 75005 Paris
métro Jussieu (lignes 7 et 10)

Marie-José Durand-Richard : « Les diagrammes de fonctionnement de The Analytical Engine, de Charles Babbage 1791-1877) à Ada Lovelace (1815-1852) » (11/04/2019)

Marie-José Durand-Richard (Paris 8, SPHERE, CNRS)

« Les diagrammes de fonctionnement de The Analytical Engine, de Charles Babbage 1791-1877) à Ada Lovelace (1815-1852) »

Résumé

Charles Babbage (1791-1877) a élaboré les plans de The Analytical Engine afin de matérialiser la conception symbolique de l’algèbre élaborée au sein d’un réseau d’algébristes nommé The Analytics. Cette conception était fondée sur les propriétés strictement opératoires des développements en série. Suite à la présentation de ses plans en Italie en 1841, l’ingénieur militaire Luigi Menabrea (1809-1896) a publié en français quelques exemples de  diagrammes de fonctionnement de cette machine, diagrammes que je qualifie de statiques. Dans les précieuses notes qu’elle ajoute dans sa traduction de cet article en anglais, Ada Lovelace (1815-1852) les complète par de nouveaux diagrammes, que je qualifie de dynamiques. On étudiera ces diagrammes afin d’examiner quelles sont les caractéristiques qui peuvent permettre, ou non, de les qualifier de programmes.

Informations

Jeudi 11 avril 2019

Salle 24-25/405 du LIP6 (rotonde 25, 4e étage)
4 place Jussieu, 75005 Paris
métro Jussieu (lignes 7 et 10)

Bastien Guerry : « Code source et/ou documentation ? Réflexions autour de l’éditeur Emacs, du langage Emacs Lisp et du module Org-mode » (28/03/2019)

Orateur

Bastien Guerry

Titre

« Code source et/ou documentation ? Réflexions autour de l’éditeur Emacs, du langage Emacs Lisp et du module Org-mode »

Résumé

Cette présentation est un jalon le long d’une réflexion plus large sur la documentation logicielle. Une fois illustrés quelques problèmes généraux, nous explorerons la documentation de l’éditeur GNU Emacs et du langage Emacs Lisp d’un point de vue « utilisateur ». Puis nous aborderons cette question de la rédaction de la documentation du point de vue « développeur » à partir de notre expérience de la maintenance d’org-mode, un module d’Emacs. Un temps important sera consacré aux échanges pour que chacun puisse contraster ces expériences à l’aide d’autres expériences particulières.

Informations

Jeudi 28 mars 2019

Salle 25-26/105 du LIP6 (rotonde 25, 1er étage) (attention au changement de salle !)

4 place Jussieu, 75005 Paris
métro Jussieu (lignes 7 et 10)

Documents

  • Le site Write the Docs, mise en œuvre du projet décrit par Bastien Guerry dans cet exposé.

Assia Mahboubi, « Démonstrations assistées par ordinateur » (07/02/2019)

Assia MAHBOUBI (Inria, LS2N, Université de Nantes)

« Démonstrations assistées par ordinateur »

Informations pratiques

Jeudi 7 février 2019

Salle 24-25/405 du LIP6 (rotonde 25, 4e étage)

4 place Jussieu, 75005 Paris
métro Jussieu (lignes 7 et 10)

Affiche (PDF)

Résumé

Les ordinateurs ont profondément transformé la pratique des mathématiques contemporaines, mettant en particulier leur puissance de calcul au service de l’observation, de la conjecture et même de la validation “par calcul”. La généralisation rapide de l’accès à une puissance de calcul surhumaine a même suscité de nouvelles formes de mathématiques, à l’interface avec l’informatique, comme le calcul formel ou l’analyse numérique. Moins connus que certains systèmes de calcul symbolique, numérique ou statistique, les “assistants de preuve” font néanmoins partie des logiciels qui permettent de faire des mathématiques sur ordinateur. Ils sont conçus pour aider leurs utilisateurs à représenter définitions, énoncés et démonstrations dans un formalisme logique précis et non ambigu, sous la forme de bibliothèques digitales de mathématiques formalisées. Il existe plusieurs sous-familles d’assistants de preuves, qui diffèrent en particulier sur le choix de fondations logiques, qui détermine le langage formel utilisé. En particulier, une majorité d’entre eux sont basés sur une forme de théorie des types, une approche des fondations logiques qui donne une place privilégiée aux fonctions, et au concept de calcul. Mais dans tous les case, une telle (ré)écriture des théories mathématiques serait bien trop piétonne pour être envisageable, sinon intéressante, sans l’aide de la machine. Cette dernière permet en retour de réduire la vérification des preuves à une tâche routinière et mécanisée. Mais ce n’est pas le seul bénéfice d’une telle formalisation et nous discuterons dans cet exposé la pratique et les enjeux de cette forme de mathématiques assistées par ordinateur.

Cet exposé ne présuppose pas de connaissance particulière en logique ou en programmation.