Camille Paloque-Berges : « Le poisson d’avril “kremvax.0001” » (14/06/2018)

Oratrice

Camille Paloque-Berges (CNAM, HT2s)

Titre

« Le poisson d’avril “kremvax.0001” »

Résumé

Usenet peut être considéré comme l’ancêtre des réseaux socionumériques. Initié en 1979 dans le but de devenir une boîte à outils pour utilisateurs du système d’exploitation Unix, il se développe de manière exponentielle dans la décennie suivante et devient le berceau des forums généralistes sur Internet – du moins pour les mondes connectés de la R&D occidentale et, dans une moindre mesure, asiatique. Le 1er avril 1984, un message est envoyé sur quatre groupes d’informations générales et politiques, net.general et net.politics, et sur leurs homologues européens, eunet.general et eunet.politics. Signé par un certain « K. Chernenko, Moscow, USSR », et envoyé depuis une machine nommée « kremvax » (nom dérivé du mini-ordinateur Vax, machine pionnière du monde Unix), il déclare solennellement la connection du Kremlin à Usenet, afin de participer aux « discussions ouvertes » et à la « coexistence pacifique entre les peuples d’URSS, des Etats-Unis et d’Europe ».

Nous nous arrêterons sur les métadonnées de ce message humoristique, qui ne trompa pas grand monde sur Usenet mais aurait fait parler de lui jusqu’au congrès américain. La plaisanterie, lancée par les administrateurs d’un nœud central de Usenet en Europe, le « mcvax » au Centre d’Informatique et de Mathématique des Pays Bas (CWI), est aussi un détournement des codes et programme de distribution du trafic Usenet. Aussi simple soit la hack, elle nous permettra de dresser un panorama de la culture technicienne des jeunes réseaux informatiques de données, à l’aube de la généralisation des protocoles Internet, et plus de dix ans avant la massification des forums numériques sur le Web. Le protocole UUCP, qui ne sera pas intégré à la famille des protocoles Internet avant 1986, sous-tend l’envoi et la réception des messages électroniques des groupes Usenet à travers un écheveau complexe d’envoi de machines à machines (selon le principe du « store and forward ») qui se révèle dans l’adressage. Son écriture, visible dans les métadonnées – ainsi que des utilisateurs – témoigne d’une cartographie des réseaux aux niveaux matériels et logiciels, que nous commenterons en rappelant le pan européen de cette histoire. Intéressant pour comprendre les techniques qui accompagnent le déploiement des réseaux, l’UUCP ouvre aussi à une lecture sociale, dans la mesure où les routes qu’il dessine cartographient aussi des usages socionumériques en train de se formaliser ; et même politique, car s’y expérimente une pratique de la « citoyenneté du net », connue sous le terme de « netizen » (Hauben & Hauben, 1998). Enfin, la plaisanterie géopolitique de « kremvax » étend le domaine de cette culture émergente en la confrontant aux réalités d’une mise en réseau numérique globale.

Bibliographie indicative

Hauben, Michael, et Ronda Hauben. « Netizens: On the History and Impact of Usenet and the Internet ». First Monday 3, no 7 (6 juillet 1998).

Salus, Peter H. A quarter century of UNIX. Addison-Wesley. Reading, 1994.

Kelty, Christopher M. Two Bits: The Cultural Significance of Free Software. Durham: Duke University Press Books, 2008.

Informations

Salle 24-25/405 du LIP6 (rotonde 24 ou 25, 4e étage)

4 place Jussieu, 75005 Paris
métro Jussieu (lignes 7 et 10)