Samuel Goyet : « Les interfaces de programmation (API) web : écriture informatique, industrie du texte et économie des passages » (08/06/2017)

Orateur

Samuel Goyet (GRIPIC, Paris-Sorbonne, COSTECH, UTC Compiègne)

Titre

« Les interfaces de programmation (API) web : écriture informatique, industrie du texte et économie des passages »

Résumé

Dans cette intervention, je propose d’étudier les interfaces de programmation (API) Web du point de vue des sciences humaines, et plus particulièrement des sciences de l’information et de la communication. Nous partons du principe qu’une API est un « architexte » (Jeanneret, Souchier, 1999), soit un outil d’écriture informatique qui permet tout autant que contraint l’écriture. Envisagée de ce point de vue, une API est une procédure informatique qui a intégré la chaîne de production contemporaine des textes de réseau. Une API a donc un rôle éditorial : elle participe à l’établissement de ces textes selon certains attendus culturels et techniques.

Nous souhaitons interroger ce rôle éditorial, en nous situant entre technique et sémiotique : comment les API Web contemporaines, par leur composante informatique, travaillent et informent les textes de réseau ? Quelle est la conception du texte qui est propagée et industrialisée par ces outils ? Nous faisons l’hypothèse d’un lien entre le mode de fonctionnement d’une API et des formes qu’elle permet de produire : parce qu’une API est une procédure informatique, elle obéit à certains principes de cette science, et ces principes travaillent les formes à venir. En même temps, parce qu’elle sert à la production de pages web, elle s’insère dans une histoire pluriséculaire de la page et du texte, dans une certaine culture visuelle dont elle ne peut se départir mais qu’elle reconfigure.

Nous étudierons la documentation des API de Facebook et de Twitter, les formes que ces API permettent de produire, tant dans leur composante sémiotique (widgets, timelines, etc.) que technique (le code source qui en permet l’affichage). Nous mettrons en évidence deux couples de notions à l’œuvre : le couple modularité/abstraction du texte ; le couple discrétisation / manipulabilité de ces modules. Nous montrerons que ces dynamiques sont inhérentes à l’histoire de l’informatique et de la programmation, et s’inscrivent dans une histoire longue du texte. Enfin, nous ferons l’hypothèse que dans le cadre d’une « industrie de la circulation » (Jeanneret, 2014) contemporaine où la valeur se crée par la réappropriation et la circulation des textes, l’abstraction et la modularité permise par les API Web trouvent une nouvelle utilité.

Informations

Jeudi 8 juin 2017, 14h-15h30.

LIP6, salle 25-26/105.

Documents